Upcoming Webinar: June 6, 2024 @ 12:30 P.M. (ET)  |  Workplace Restorations  |  Register Today!

Serious insight for serious situations.

Serious insight for serious situations.

<< Back to all posts

L’impact humain : Cultiver le respect au travail par le biais d’un apprentissage en présentiel

While you’re here, you may wish to attend one of our upcoming workshops:

Workplace Restorations
6 Jun at
in Online
Have you experienced disruptions in your workplace that have affected productivity, staff morale, and the overall feeling of safety – whether before or after a workplace investigation? If your team is experiencing these issues, do you know how to restore your workplace, or even where to start? Join partners Janice Rubin and Dana Campbell-Stevens as they discuss the benefits of utilizing workplace restoration as an alternate means to address conflict in the workplace.

 

English version

En parcourant les nouvelles, je suis tombé sur un article d’opinion qui faisait état de récentes études ayant mesuré des changements de personnalité généralisés au lendemain de la COVID-191. que certains traits de caractères essentiels aux relations interpersonnelles et au maintien de l’harmonie sociale sont en déclin depuis la pandémie : les gens sont devenus moins consciencieux, moins coopératifs, moins bienveillants envers les autres et moins ouverts aux idées de ceux qui pensent différemment d’eux.2

Il n’y a donc pas de quoi être surpris de la montée des comportements irrespectueux que nous avons tous remarquée, phénomène inquiétant dont les individus ne sont pas protégés dans leur milieu de travail.

Dans un récent billet3, ma collègue Christine Thomlinson a mentionné que dispenser des formations approfondies (et régulières) sur le respect au travail est l’une des choses relativement simples que les employeurs peuvent faire pour cultiver un environnement de travail caractérisé par le respect, la courtoisie et peu ou pas de problèmes juridiques liés à l’emploi. Je ne pourrais être plus d’accord. À cela, j’aimerais ajouter qu’il est crucial de considérer non seulement le contenu de telles formations, mais aussi le format dans lequel elles sont dispensées.

Au fil des ans, j’ai eu le privilège d’animer de nombreuses sessions de formation sur des questions relatives à la discrimination, au harcèlement et au respect au travail, pour le compte d’organisations privées et d’institutions publiques et devant divers publics. Je suis aujourd’hui je suis fermement convaincu de la valeur irremplaçable de la formation en personne par rapport aux alternatives virtuelles lorsqu’il s’agit de cultiver des environnements de respect et de compréhension.

Voici quelques-uns des nombreux avantages de la formation en personne que j’ai noté :

   1. Cela favorise la participation et l’engagement

L’animation de nombreuses sessions de formation et l’enseignement à l’université en présentiel, en virtuel et dans des formats hybrides m’a mené à conclure que l’engagement et la participation sont plus élevés lors des sessions en présentiel que lors des sessions virtuelles. À quelques exceptions près, les participants étaient moins hésitants à poser des questions et à participer aux discussions dans le cadre des formations en personne. Mon expérience d’enseignement en droits de la personne, pendant la deuxième année de la pandémie, m’a mené au même constat en ce qui concerne la formation en mode hybride. Durant le trimestre, les personnes étudiantes présentes en classe ont généralement démontré des niveaux d’engagement plus élevés que leurs homologues participant aux séances en mode virtuel. J’ai également noté des variations similaires dans les niveaux d’engagement de mêmes personnes selon qu’elles assistaient au cours en personne ou en ligne!

   2. Il y a moins de chances que certains ne soient laissés pour compte

Les environnements virtuels posent des défis pour les formateurs en ce qui concerne la surveillance (efficace) du progrès des participants et la fourniture de soutien en temps opportun, de sorte qu’il est plus facile de perdre des participants en cours de route. En revanche, en présentiel, les formateurs peuvent plus rapidement et facilement identifier lorsque des personnes sont en difficulté ou ne comprennent pas quelque chose… ce qui permet de leur porter assistance et des éclaircissements de façon quasi immédiate. Bref, en favorisant un environnement d’apprentissage soutenu, il y a moins de chances que certaines personnes ne soient laissées pour compte lors de formations en présentiels. La présence de collègues permet aussi une interaction étroite et une clarification rapide des doutes par les pairs, améliorant encore davantage l’expérience d’apprentissage globale.

   3. Il est plus facile de se concentrer

Rester concentré lors d’activités virtuelles peut être difficile, surtout à mesure que les sessions s’allongent. Soyons honnêtes, nous avons tous perdu l’attention, à un moment ou à un autre, lors de formations ou réunions virtuelles, surtout lorsque les distractions numériques sont à portée de main : téléphones intelligents, courriels, réseaux sociaux ou navigation sur le web… Peuvent s’ajouter de nombreuses distractions physiques lorsque l’on travaille de la maison, y compris des interruptions inattendues de la part des membres de la famille, des animaux domestiques en recherche d’attention, voire même les tâches ménagères. Toutes ces distractions peuvent significativement nuire à l’expérience d’apprentissage, puisqu’elles fragmentent notre concentration et interrompent le flux d’informations.

La formation en présentiel permet de résoudre cette difficulté en créant un environnement exempt de ces distractions. L’absence (ou la présence limitée) de distractions numériques comme physiques favorise un environnement propice à l’apprentissage : étant plus concentrés, les participants peuvent s’immerger pleinement dans la matière. En découle une expérience d’apprentissage de meilleure qualité. Le mode présentiel s’avère donc particulièrement avantageux pour maintenir l’attention des participants et améliorer des résultats d’apprentissage (bien entendu, les compétences du formateur et la structure de la formation demeurent des éléments essentiels pour capter l’attention des participants).

   4. C’est l’occasion de créer des liens authentiques

Il va sans dire que la pandémie a remodelé notre environnement de travail, avec de plus en plus de personnes travaillant à distance. Même si certains sont retournés au bureau, beaucoup continuent de travailler à domicile, à temps partiel ou à plein temps. Dans ce contexte, la formation en personne constitue une occasion de rassembler les gens et leur permettre de créer des liens qui transcendent les limites des réunions virtuelles.

L’une des spécificités de la formation en présentiel est qu’elle permet de créer un espace où les personnes peuvent plus facilement dialoguer et interagir entre elles, et ce, avec authenticité. En personne, les participants se sentent plus à l’aise de s’engager dans des discussions significatives, en partageant leurs expériences personnelles, et sont moins gênées de demander des éclaircissements que dans le cadre d’une formation virtuelle. Les interactions humaines véritables favorisent une meilleure compréhension du matériel, en plus de promouvoir l’empathie entre collègues, posant les bases d’une culture de travail plus inclusive et respectueuse… ce qui est plutôt approprié lorsque l’on forme des employés sur le respect au travail, non?

******

Il est certain que la formation virtuelle offre certains avantages en termes de commodité et d’accessibilité. Toutefois, il ne s’agit pas nécessairement du format le plus efficace lorsqu’il s’agit de discuter de respect au travail. En privilégiant les interactions en personne, les employeurs peuvent créer des environnements propices à l’apprentissage, à la collaboration et, surtout, au respect. Face aux complexités de l’environnement de travail d’aujourd’hui, il ne faut pas sous-estimer l’importance des connexions humaines véritables lorsqu’il s’agit d’établir d’une culture de travail caractérisée par l’inclusivité, le respect et un engagement partagé à promouvoir un environnement qui est positif pour tout le monde.


1 Noémie Mercier, « Sommes-nous vraiment déconfinés? », La Presse, 13 mars 2024, en ligne : https://www.lapresse.ca/dialogue/opinions/2024-03-13/place-publique/sommes-nous-vraiment-deconfines.php.

2 Angelina R. Sutin et al., « Differential personality change earlier and later in the coronavirus pandemic in a longitudinal sample of adults in the United States » (2022), PLoS ONE 17(9), en ligne : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0274542 (en anglais).

3 Christine Thomlinson, « 5 solutions pratiques pour améliorer le climat de travail », trad. par Frédérick J. Doucet, 13 mars 2024, Rubin Thomlinson’s Insights, en ligne: https://rubinthomlinson.com/5-solutions-pratiques-pour-ameliorer-le-climat-de-travail/.


Nos services

Nous reconnaissons l’aspect humain et légal d’une situation – en vue de donner aux organisations les informations dont elles ont besoin pour devenir plus saines et plus résilientes.

Cliquez ici pour en savoir plus sur nos services.